Exploration electrophysiologique

Dans quel cas réalise-t-on une exploration électrophysiologique ?

Le plus souvent, on propose cet examen en cas :

Comment se déroule l’examen ?

Dans la majorité des situations, cet examen est réalisable en ambulatoire. Cela signifie sans dormir à l’hôpital. Nous le réalisons à l’Institut Mutualiste Montsourisl’hôpital privé des peupliers et la clinique Turin.

L’examen se déroule dans une salle dite « d’électrophysiologie cardiaque ». Le patient doit être a jeun.

L’installation

Dans nos centres, un anesthésiste est toujours présent auprès du patient pour réaliser une légère sédation. En effet, nous attachons un soin tout particulier à éviter toute douleur ou stress inutile. Le confort du patient ne devrait jamais être considéré comme un luxe ou une option.

Tout d’abord, le patient est installé allongé sur le dos. Ensuite, la sédation permet une légère somnolence. Puis, l’opérateur réalise une anesthésie locale au niveau de l’aine droite.

Ensuite, une fois la zone endormie, il ponctionne la veine fémorale et pose une perfusion spéciale appelée désilet. En effet, c’est par cette perfusion qu’il passera un fil, le cathéter, jusqu’au cœur pour effectuer les mesures sur les circuits électriques. La montée du cathéter par les veines jusqu’au cœur est indolore. Grâce à un système de radiologie simple, le rythmologue visualise la position du cathéter.

Une fois l’installation faite, on réalise les mesures

Puis, une fois dans le cœur, le ou les cathéters, sont positionnés dans la zone à étudier. Souvent, on les positionne dans l’oreillette droitele ventricule droit, le faisceau de His ou le sinus coronaire. Le cathéter est relié à un système d’enregistrement.

Ensuite, l’exploration électrophysiologique à proprement parler peut alors débuter.

Ses deux principales étapes sont :

  1. La vérification du faisceau électrique normal du cœur (faisceau de His) reliant l’oreillette au ventricule. En effet, cette mesure est fondamentale en cas de perte de connaissance ou de malaise. Si elle se révèle anormale, l’origine cardiaque du malaise est prouvée : le malaise est du à des pauses, des défauts de battements cardiaques dus à de blocages du passage de l’électricité dans le cœur. Alors, le traitement repose sur la pose d’un pacemaker.
  2. Les manœuvres de stimulation du cœur . En pratique, le rythmologue accélère le rythme cardiaque de sorte à chercher l’existence d’un faisceau électrique anormal. Aussi, ce test a pour but de déclencher la tachycardie du patient pour en faire le diagnostic et en trouver l’origine. La tachycardie est stoppée facilement par le rythmologue une fois le diagnostic posé. Souvent, une ablation du faisceau électrique anormal est réalisée dans la foulée.

 

En pratique, les risques de cet examen sont très faibles. On retient principalement le risque d’hématome au point de ponction de la veine.

En conclusion, l’exploration électrophysiologique est un examen simple. Elle permet d’obtenir un diagnostic de certitude chez le patient présentant des malaises d’allure cardiaque ou bien des crises de tachycardies suspectes.