Extrasystole ventriculaire

“Extrasystole ventriculaire, quel nom barbare!!” Étymologiquement “extra” (en plus) “systole” (battement), les extrasystoles sont des battements cardiaques supplémentaires. Par conséquent, les extrasystoles ventriculaires (ESV) sont des battements supplémentaires qui naissent des ventricules: les cavités inférieures du cœur.

Ces battements “en plus” perturbent le rythme cardiaque. Aussi, le patient ressent un « raté » dans la poitrine. De plus, les ESV sont fréquentes dans la population et le plus souvent bénignes. Les ESV sont souvent peu gênantes. Toutefois, une sensation étrange dans votre poitrine est possible, telle que:

  • Sensation de battement en plus
  • Sensation de battement raté
  • Palpitations
  • Sensation de sentir son cœur battre en permanence
  • Essoufflement

Causes d'une extrasystole ventriculaire

Il n’y a pas de cause évidente aux ESV. Toutefois, les facteurs de risque associés sont:

  • Médicaments (décongestionnant ou antihistaminiques)
  • Alcool
  • Produits stupéfiants
  • Caféine
  • Variations hormonales (grossesse ou traitement de fertilité)
  • Maladie du muscle cardiaque, le plus souvent par maladie des artères cardiaque (coronaires)

Conséquences

Lorsqu’elles sont peu fréquentes (90% des cas), les ESV ne posent pas de problème. Cependant, les ESV fréquentes ( >10.000/24h) , peuvent affaiblir le muscle cardiaque (cardiomyopathie rythmique). Très rarement, les ESV peuvent conduire à des rythmes cardiaques chaotiques et dangereux (Fibrillation ventriculaire) et éventuellement à une mort cardiaque subite. De plus, dans la majorité des ces situations extrêmes, les patients sont déjà suivis par un cardiologue car ils sont déjà porteurs d’une maladie cardiaque.

Diagnostic

La première phase consiste à déceler les ESV dans l’activité électrique cardiaque.

Un électrocardiogramme(ECG) peut identifier ces battements supplémentaires et surtout en identifier l’origine. Par contre, les ESV rares sont souvent indétectables pendant les 10 secondes d’enregistrement d’un ECG. Dans ce cas, un Holter permet d’enregistrer les anomalies du rythme sur 24 -48heures.

Survenue d’une extrasystole ventriculaire suivie d’une pause.

La deuxième phase sert à stratifier le risque cardiaque lié à ces ESV.

Un bilan cardiaque avec une échocardiographie, un ECG d’effort et une IRM cardiaque est souvent nécessaire. En effet, ceci permet affiner le risque de complication.

Traitement d'une extrasystole ventriculaire.

Les ESV rares sur cœur sain n’auront besoin que d’une simple surveillance sans traitement. Ainsi, les traitement sont indiqués en cas d’ESV fréquentes ou gênantes. Cependant, si les ESV sont  associées a un rythme potentiellement grave ou à une affection cardiaque, un traitement sera nécessaire.

  • Hygiène de vie. L’élimination de la caféine ou du tabac peut diminuer la charge en ESV.
  • Les  antiarythmiques. Comme les bêtabloquants, inhibiteurs calciques, flécaïnide. Ces traitements peuvent éliminer les ESV.
  • Ablation par radiofréquence. Pour les ESV résistantes, votre cardiologue pourrait conseiller une “ablation”. Cette procédure permet de cautériser le foyer électrique cardiaque qui provoque l’ESV. Un système de cartographie aide à cibler l’origine du foyer électrique. Il faut compter environ 90 minutes, sous anesthésie locale. Enfin, la procédure se déroule le plus souvent en ambulatoire. Cette procédure permet au patient d’arrêter les antiarythmiques.

Cartographie du foyer d’extrasystole ventriculaire (rouge).