Une visite de contrôle, sa petite fille Louise de 14 ans nous dit merci !

Pour des raisons de confidentialité, notamment liées au secret médical, le prénom de la patiente que nous décrivons dans cette histoire a été remplacé par “Catrina”

image à caractère illustratif permettant de représenter une photo de Catrina.

Catrina habite à Châteaudun dans l’Eure et Loire,

Elle est venue à nous en novembre dernier sur les conseils de son cardiologue suite au diagnostic d’une insuffisance cardiaque.

Après un premier rendez-vous nous avons complété les tests et les diagnostics jusqu’à début décembre en vue de confirmer le traitement le plus adapté.

Le 11 décembre c’est décidé, nous prenons rendez-vous pour une resynchronisation cardiaque, nécessitant 24 à 72h d’hospitalisation dans notre service en vue de traiter son insuffisance cardiaque.

A cette époque, et avec les complications liées à la crise sanitaire, Catrina nous confie ne pas être rassurée sur cette intervention et les risques associés. Nous lui avons expliqué toutes les mesures de sécurités médicales et sanitaires inhérentes à chaque intervention depuis la crise du Covid-19.

Il n’est pas rare que la famille proche des patients s’adresse à nous pour obtenir des informations complémentaires, être rassurée et savoir s’ils ont bien compris l’objet de l’intervention. C’est d’ailleurs pourquoi son fils Rodrigues a eu un échange avec Nathalie, notre secrétaire à l’Hôpital Public des Peupliers, durant les fêtes.

Catrina est venue comme convenu au rendez-vous, accompagnée par sa belle-fille et sa petite fille pour l’occasion.

L’intervention a duré 50 minutes, il s’agit d’une intervention habituelle et rapide.

Le lendemain nous avons effectué une visite de contrôle. Les bénéfices cliniques sont parfois  assez rapides sur ce genre de traitement. Catrina avait le sourire, Louise, sa petite fille, était dans la chambre. Nous avons été touchés par l’émotion qui reliait Catrina à Louise : un mélange de soulagement, de joie et d’apaisement.

A l’occasion d’un échange informel dans la chambre de l’hôpital, Louise nous a dit « merci d’avoir sauvé ma mamie, j’ai eu très peur de la perdre et je suis contente de la voir sourire. ».

Même sur des interventions du quotidien, le plaisir de soigner c’est aussi le plaisir de rassurer, de réconforter et de voir des familles soulagées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.