Nouveaux Holter : de la bande magnétique au 3.0

Le Holter est l’outil de choix pour déceler une activité électrique cardiaque anormale. Il est donc utilisé de longue date pour diagnostiquer des anomalies de rythme cardiaque.

Cela permet d’enregistrer des arythmies survenant pendant la journée alors que le patient vaque à ses activités.

Dans cet article nous allons visiter le passé, le présent et le futur de cet outil indispensable au cardiologue.

Un peu d’histoire : Norman Holter.

Depuis plus d’un demi-siècle, les cardiologues peuvent enregistrer le rythme cardiaque. En effet, en 1947 le Dr Norman Holter présente un système d’enregistrement de électrocardiogramme (ECG) de “longue durée” et “portatif”… Enfin, “portatif” signifiait une valisette de 30kg! Mais le Holter était né. L’enregistrement se faisait (et se fait toujours) par des patchs ou électrodes posés sur la peau.

Norman Holter
Le Dr Norman Holter en 1937.

Ensuite, les systèmes se miniaturisent. Dans les années 1980, le premier enregistreursous forme de “baladeur” arrivent sur le marché. L’enregistrement se déroule alors sur une cassette audio qui tourne au ralenti.

Enfin, dans le début des années 1990, le numérique prend le pas en même temps que les “lecteurs MP3”. Par conséquent, le Holter se répand et devient beaucoup plus fiable.

Son tallon d’Achille : le recueil du signal électrique.

Si la technique d’enregistrement Holter a subi une révolution, le recueil du signal avait très peu évolué. En effet, il s’agit toujours d’électrodes collées sur le torse du patient. Trois problèmes subsistaient.

  • La longévité des électrodes qui s’altère à la chaleur à cause de la transpiration du patient.
  • Les parasites liées aux frottements sur la peau et à l’activité musculaire.
  • La durée d’enregistrement parfois trop courte.

Le dernier point est crucial. Certaines arythmies ne s’expriment que très rarement. Souvent, la durée d’enregistrement est insuffisante pour la détecter. De plus, la qualité du signal électrique s’altère avec la durée d’enregistrement.

Première mutation : l’enregistrement “d’événement”.

Lorsque l’on recherche une arythmie capricieuse, il convient mieux de ne garder enregistré que les anomalies. Le Holter de seconde génération possède un algorithme intégré qui permet de n’enregistrer que les anomalies.

Aussi, le Holter peut-être activé par le patient lorsque celui-ci ressent un problème de rythme (malaise, palpitations par exemple). Cet algorithme n’est pas parfait et nécessite une validation des tracés par un rythmologue mais il permet d’allonger la durée d’enregistrement à 3-4 semaines.

Le Holter sous cutané pour un enregistrement très longue durée.

La qualité du signal Holter s’altère avec des longues durées d’enregistrement. Et plus l’enregistrement est long, moins les patients l’acceptent. Le risque d’irritation par les patchs sur une longue durée d’enregistrement n’est pas nul.

Le Holter sous cutané a permis de s’affranchir de cet écueil. Il s’agit d’un petit boitier métallique qui s’implante juste sous la peau et qui contient les électrodes, l’enregistreur et la batterie. Pas plus gros qu’une allumette, le Holter sous cutané s’implante sous anesthésie locale.

C’est une intervention mineure qui se déroule en ambulatoire. De plus, la cicatrice fait moins de 1 cm. L’enregistrement d’événement peut aller jusqu’à 3 ans! Seul inconvénient, le Holter sous cutané n’enregistre qu’une seule piste ECG. Au lieu de 2 pour le Holter conventionnel. Cependant, Il s’agit d’une réelle révolution dans l’histoire du Holter.

Holter sous cutané
Systeme Holter sous cutané Reveal Linq.

Le Holter 3.0, c’est maintenant !

Le Holter / enregistreur d’événement activé par le patient sur smartphone ou montre connectée

Les innovations technologiques ont mis à jour un large panel de dispositifs capables de détecter les arythmies. Ces dispositifs sont utilisables facilement à large échelle.

Il en existe 2 types.

1. La photopléthysmographie.

Celle-ci utilise une source lumineuse pour mesurer les variations de flux sanguins corrélés aux battements cardiaques. Ainsi, la source lumineuse est la lampe du téléphone sur laquelle on pose l’extrémité d’un doigt.

C’est l’exemple de nombreuses montres connectées (Apple Watch Serie 4 ®, Fitbit®, Huawei Watch®). Il s’agit le plus souvent d’un examen de débrouillage. Car on mesure le pouls et non l’activité électrique proprement dite.

Holter par plethysmographie
2. L’électrocardiogramme embarqué.

Le dispositif connecté contient 2 électrodes capables d’enregistrer l’ECG. Le patient y appose ses pouces et peut télétransmettre un véritable tracé ECG. La qualité du tracé est remarquable.

Ainsi, de nombreuses études scientifiques sont en cours pour valider l’efficacité. Cependant, ces systèmes sont déjà utilisés par les cardiologues les plus “geek” (dont moi!!). C’est le cas de l’Apple Watch® Serie 5 et du système Kardiamobile® Alive Core.

Système Kardia
Holter Kardia. Le patient appose des doigt sur les 2 electrode et enregistre son rythme cardiaque.

Les systèmes se dotent d’intelligence artificielle et font directement le diagnostic. Notamment en cas de fibrillation atriale. Ainsi, l’Apple Heart Study a montré des résultats très encourageants dans ce sens.

 Le Holter de longue durée et T-shirts connectés.

Ce sont les descendants des enregistreurs d’événement. En effet, ces derniers étaient limités par le risque d’irritation par les patchs sur une longue durée.

De nouveaux systèmes existent sous forme de “T-shirts connectés” (système Cardionexion, @health® ou Cardioskin®, WeHealth® by Servier) dont les électrodes  sont incorporés directement dans le vêtement. Très facile à utiliser, ils permettent d’enregistrer une multitude de données en plus de l’activité électrique. Citons, la température, la pression artérielle, la fréquence respiratoire, le niveau d’hydratation, la glycémie….

Ces dispositifs s’intègrent dans une prise en charge plus globale de patients. Par exemple le suivi post opératoire ou d’hospitalisation.

Cependant, Le nombre important de données générées est souvent chronophage en analyse. L’intelligence artificielle devrait là encore simplifier le système.

T Shirt Holter cardioSkin.
“T Shirt” Holter cardioSkin.

Conclusion : vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Parti d’un principe simple, l’enregistrement électrique de l’activité cardiaque par des patchs sur la peau, il s’est démocratisé puis actualisé.

Les nouveaux systèmes sont connectés, intelligents, très bien acceptés. Le Holter est l’un des premiers maillions d’une e-médecine permettant de diagnostiquer et de traiter plus précocement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.