Pacemaker : la révolution du stimulateur cardiaque “injectable”

Un pacemaker, à quoi ça sert?

Le pacemaker, ou stimulateur cardiaque en français, a été inventé il y a 60 ans aux Etats-Unis. Il a pour but d’empêcher le cœur de battre trop lentement (bradycardie). La bradycardie peut être diagnostiquées sur un électrocardiogramme ou un Holter ECG de 24h. Sa création a permis de sauver la vie de millions de personnes à travers le monde ! La pose d’un pacemaker est relativement simple. Sous anesthésie locale, avec une très légère anesthésie générale dans les centres qui le peuvent, le rythmologue réalise une incision sous la clavicule (droite ou gauche). Ensuite, il cherche une veine (céphalique ou sous-clavière) qui lui permettra d’accéder au cœur. Puis, par cette veine, le médecin fait cheminer une, deux ou trois sondes (en fonction des cas) dans l’oreillette droite et les ventricules. Une fois attachées par une petite vis dans le cœur, les sondes sont reliées au boitier de pacemaker. Celui-ci est alors positionné sous la peau, pour être le plus discret possible. Une trentaine de minutes est généralement suffisante dans les centres expérimentés. Un pansement serrant fort est ensuite posé jusqu’au lendemain pour limiter le risque d’hématome. Le patient pourra sortir de l’hôpital le lendemain ou surlendemain de l’intervention. Les risques de la pose d’un pacemaker sont faibles mais bien entendu toujours possible, en particulier l’hématome ou l’infection. pacemaker

la révolution du micro pacemaker

Désormais, il existe une alternative au stimulateur cardiaque classique posé sous la clavicule : le pacemaker dit “sans sonde”. En effet, inventé il y-a tout juste quelques années, il est en train de révolutionner la prise en charge de certains patients. Pesant 2 grammes et long comme une pièce d’un Euro, il est positionné directement dans le coeur. Seul un modèle existe actuellement dans le monde : le Medtronic MICRA®
pacemaker
Un pacemaker “sans sonde” : 2 grammes et la taille d”une pièce d’un Euro
Pour cela, le rythmologue passe par une veine du pli de l’aine, monte le pacemaker miniature jusqu’au cœur (ventricule droit), le fixe, puis retire tout le matériel passant par la cuisse. Une trentaine de minutes suffit généralement, et le patient peut rentrer à domicile le lendemain le plus souvent. Sa durée de vie moyenne est de 7 ans. Une fois la batterie épuisée, il est laissé en place et un second appareil est posé  coté du précédent par la même technique que la première intervention.

Qui peut en bénéficier ?

Outre l’évident avantage esthétique, ce nouveau pacemaker permet surtout de résoudre certains cas complexes où un appareil classique n’est pas possible. Il est indiqué en France en 2021 dans 2 indications précises :
  1. infection ou risque d’infection élevé
  2. impossibilité d’accéder au cœur par les veines sous les clavicules
Toutefois, il est probable que ces indications soient élargies dans un futur assez proche. Ainsi, nous assisterons peut être à la disparition du stimulateur cardiaque classique au profit de ce nouveau genre d’implant. pacemaker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.